Contenu

Tuberculose

La tuberculose bovine est provoquée par une bactérie, mycobactérium bovis, qui peut être transmissible à l’homme dans certaines conditions. En France, le risque de contamination à l’homme par la souche bovine est faible : plus de 99% des cas de tuberculose chez les humains sont dus à la souche humaine, mycobacterium tuberculosis.

La maladie se transmet aux animaux :

  • par voie respiratoire majoritairement ;
  • la transmission par voie digestive (aliments, eau contaminée) n’est pas exclue ;
  • en cas de forte pression épidémiologique de la tuberculose, la maladie peut se transmettre à des espèces de la faune sauvage (sangliers, cervidés, blaireaux...). Il existe par conséquent un risque de contamination des cheptels par contact avec la faune sauvage selon les endroits géographiques.
  • la bactérie est particulièrement résistante en milieu extérieur, notamment dans un milieu humide et peu éclairé. Du matériel non désinfecté ou des milieux non assainis constituent aussi un risque de contamination des cheptels.



La tuberculose bovine est une maladie à évolution lente : il peut s’écouler plusieurs mois, voire plusieurs années avant que les animaux ne présentent des signes cliniques. Toutefois, un animal contaminé qui ne présente pas de signes cliniques constitue une source d’infection pour les autres animaux, ce qui rend primordiale l’application des mesures de détection, comme les prophylaxies.

Pour en savoir plus, rdv sur la plateforme ESA.

L’arrêté du 15 septembre 2003 fixe les mesures techniques et administratives relatives à la prophylaxie collective et à la police sanitaire de la tuberculose des bovinés et des caprins.

Pour en savoir plus sur les actions locales spécifiques à la gestion de la tuberculose, consulter les compte-rendu de CROPSAV – section animale.